LES BOITERIES :

qu’elles soient spontanées, sur un membre ou sur tout le train arrière, intermittentes (importantes le matin, plus discrètes après de l’exercice), ou progressives avec l’âge, il n’y a pas deux boiteries équivalentes.

Certaines demandent un traitement immédiat, précédé de clichés radio, d’autres se traitent à l’aide d’anti-inflammatoire pour soulager la douleur comme souvent chez le chien et d’autres encore comme chez le chat nécessite des antibiotiques tant la suspicion de morsure par un congénère est importante.

UNE FRACTURE OUVERTE :

une chute ? Un accident sur la route ? Toujours est il que votre animal ne pose plus un membre, qu’il a une vilaine plaie qui peut faire apparaître les tissus profonds, peut-être des os brisés. C’est une urgence à gérer au plus vite.

Nettoyez les bords de la plaie avec un savon médical (bétadine moussante, ou autre), et ne donnez rien comme médicament qui pourrait déranger l’anesthésie ou les conditions opératoires pour votre vétérinaire.

GÉRER L’URGENCE D’ABORD ! :

La majorité des propriétaires pensent que la première chose à faire est une radiographie du membre fracturé, hors, c’est à priori la chose que nous ferons en dernier après avoir stabilisé l’animal. Les radios des membres sont souvent effectuées le lendemain de l’hospitalisation après avoir fait une bonne gestion de la douleur (morphine, etc.) et après avoir traité un éventuel état de choc.

Ce site utilise des cookies

Nous utilisons des cookies pour assurer le bon fonctionnement du site. Vous pouvez consulter nos mentions légales et notre politique de confidentialité pour plus d'informations.